A Rouen, comment le socialiste Nicolas Mayer Rossignol espère gagner malgré les vents contraires

Déclin du PS, étiquette d’héritier de la fabiusie, « dégagisme ambiant » et poussée verte post Lubrizol, le contexte ne semble pas favorable à la candidature du socialiste Mayer-Rossignol. L’ancien président de Région Haute-Normandie entend néanmoins triompher de la très prochaine bataille municipale. Formé à l’école Fabius, ce jeune ingénieur s’affiche désormais en chantre de la démocratie participative et de la société civile sur fond de forte prise en compte de l’écologie. Cette stratégie, mûrement pensée et réfléchie, sera-t-elle payante ? Le chemin vers la victoire finale se révèle, en tous les cas, particulièrement étroit.

« The right man at the wrong place.» En français dans le texte, la bonne personne… au mauvais endroit. La maxime s’appliquerait à merveille à Nicolas Mayer-Rossignol, candidat socialiste à l’élection municipale rouennaise. Sur le papier, "NMR" ne manque pourtant pas d’atouts. Il est jeune, intellectuellement brillant, et compétent. Oui, mais voilà, le directeur général de Nutriset, âg...

Cet article est réservé aux abonnés du Poulpe

Abonnez-vous dès maintenant

  • Accès à tous les articles du Poulpe, sans aucune publicité, résiliation facile. Soutenez l'indépendance !
S'abonner J’ai déjà un compte. Je me connecte