Sous tension, des agriculteurs normands meurtris par les courants électriques – LE POULPE

Sous tension, des agriculteurs normands meurtris par les courants électriques

Vingt ans après les premiers procès d’éleveurs contre EDF, les courants générés par un ouvrage électrique continuent de causer des troubles dans les troupeaux laitiers. Certaines exploitations sont condamnées à la faillite. Le phénomène est très sensible dans la Manche, où deux lignes à très haute tension serpentent vers la centrale nucléaire de Flamanville. L’association nationale Animaux sous tension a décidé de défendre les éleveurs en justice.

Par Caroline Trouillet | 18 Nov 2020

5+
recommander

Dix hectares de terres couverts par un transformateur électrique et 6 pylônes, soutenant le passage d’une ligne 400 000 volts. Le courant y file jusqu’à la centrale de Flamanville, 120 km plus au nord. Dans la Manche, à Saint-Laurent-de-Terragalte, l’ouvrage occupe un tiers de la ferme du Tertre, où l’on pensait, par mégarde, trouver Serge Provost. Voilà 17 ans que l’éleveur a vendu sa propriété, maudite par 50 années de courants électriques. 

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 3 €

5+