Rouen et la Seine-Maritime, discrètes bases arrière des extrémistes rwandais ces vingt dernières années – LE POULPE

Rouen et la Seine-Maritime, discrètes bases arrière des extrémistes rwandais ces vingt dernières années

À Rouen, anciens génocidaires rwandais et membres d’un groupe armé exercent leur influence sur la diaspora en toute impunité depuis 20 ans. Dans les années 2000, ils phagocytaient le dispositif d’accueil des demandeurs d’asile. Ces sinistres individus s’impliquent aujourd’hui activement dans le soutien à l’opposante rwandaise Victoire Ingabire.

Par theo englebert | 03 Déc 2019

6+

Entre avril et juillet 1994, les extrémistes Hutus massacrent près d’un million de personnes au cours du génocide des Tutsis du Rwanda. Le drame rwandais puis les guerres successives qui ravagent le Congo voisin poussent des millions de personnes sur les routes. Un certain nombre de génocidaires rwandais prennent le chemin de la France.  À l’aube des années 2000, la Seine-Maritime voit s’installer une importante communauté rwandaise constituée majoritairement de Hutus au passé trouble. Rouen acquiert rapidement une réputation de bastion des extrémistes.

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte
  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance
Abonnez-vous à partir de 3 €