Quais de Rouen : une transformation aussi bourgeoise que politique et médiatique – LE POULPE

Quais de Rouen : une transformation aussi bourgeoise que politique et médiatique

Côté jardin, les quais de Seine sont désormais une promenade prisée des Rouennais en mal de verdure. Côté cour, ils sont le théâtre d’une lutte feutrée. Depuis quelques années, tout ce que Rouen compte comme décideurs, politiques, économiques et médiatiques, rêve de posséder sa fenêtre sur Seine. Il s'agit de s’y faire voir, à coups de millions d'euros. Le pouvoir local est bien à l'ouest.

Par simon hauville | 02 Juil 2019

3+

Tous les Rouennais en sont conscients : en l’espace de dix ans les quais de Rouen se sont métamorphosés. En 2010, les premiers hangars faisaient peau neuve, France Bleu, la brasserie Le Marégraphe ou la salle de concerts le 106 faisaient figure de précurseurs. Puis, peu à peu, la mue s’est poursuivie. Rive droite, les aménagements se sont prolongés jusqu’au pont Flaubert tandis que le nouveau quartier Luciline sortait de terre. Rive gauche, la création de la prairie Saint-Sever a été ponctuée par la construction du hangar 108, du 107 et bientôt du 105. 

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte
  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance
Abonnez-vous à partir de 3 €