NMR « prend son risque » en choisissant un vice-président visé par une enquête pénale – LE POULPE

NMR « prend son risque » en choisissant un vice-président visé par une enquête pénale

Nicolas Mayer-Rossignol, nouveau président de la Métropole de Rouen, a intégré dans l'exécutif intercommunal, à la suite de négociations politiques menées en coulisses, un élu mis en cause dans une enquête pénale. La désignation de Thierry Chauvin, maire centriste de Saint-Martin-de-Boscherville, au poste de vice-président à la Métropole, écorne l'image du renouveau en politique que souhaite incarner le jeune maire PS de Rouen.

Par Manuel SANSON | 22 Juil 2020

2+
recommander

Peut-on prendre part à un exécutif, qu’il soit gouvernemental ou local, tout en étant mis en cause dans une enquête pénale ? Le sujet agite le landerneau politique français à propos du cas Gérald Darmanin, tout nouveau ministre de l’Intérieur, visé par une plainte pour viol. De manière plus discrète, la question concerne également notre belle région normande. En particulier la Métropole de Rouen et son président, le socialiste Nicolas Mayer-Rossignol.

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 3 €

2+