« Mineurs non accompagnés » en prison, une vie à part – LE POULPE

« Mineurs non accompagnés » en prison, une vie à part

Depuis deux ans, ceux qu’on appelle les mineurs non accompagnés (MNA) représentent en moyenne un tiers de la population incarcérée au quartier des mineurs de la prison Bonne-Nouvelle, à Rouen. Tout en bas de la hiérarchie carcérale, ces jeunes étrangers forment un groupe à part, isolé et hermétique, que la société peine à comprendre et prendre en charge. 

Par simon hauville | 11 Sep 2020

2+

« Si tu n’as rien à échanger en prison, tu n’es rien. Les MNA sont sans famille, sans relations, sans argent. Ils ne cantinent pas, n’ont droit à rien. » Ce constat, sévère, est dressé par un éducateur de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) à Rouen qui souhaite rester anonyme. Si sa mission est d’assurer le suivi éducatif des mineurs détenus, il avoue son impuissance à répondre efficacement à la situation des mineurs non accompagnés (MNA) qui échouent en prison au gré de leur errance.

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 3 €

2+