« La majorité des journalistes qui arrivent à La Manche Libre savent où ils débarquent… » – LE POULPE

« La majorité des journalistes qui arrivent à La Manche Libre savent où ils débarquent… »

Début 2019, trois jeunes journalistes en CDI ont, coup sur coup, été licenciés à l’antenne caennaise de Tendance Ouest, radio de La Manche libre. Le Syndicat national des journalistes a vu en ces sanctions pour insubordination un « vent de répression ». Cette issue n’a pas vraiment surpris nombre d'anciens du groupe selon qui la gestion humaine interroge.

Par samuel hauraix | 10 Mai 2019

1+
Recommander

Ils pensaient faire la bonne affaire en signant ce contrat. Un premier CDI dans la presse, secteur en crise, cela ne se refuse (presque) pas. Surtout lorsqu’on n’a pas encore 30 ans. Après seulement quelques mois de travail, ils ont pourtant déchanté. « Ils », ce sont les trois journalistes de Tendance Ouest Caen, licenciés les uns après les autres au début de l’année. « Je suis soulagé que ce soit terminé, ce n’était plus vivable», confie l’un des trois jeunes hommes, qui préfèrent ne pas donner leur nom.

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte
  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance
Abonnez-vous à partir de 3 €