Incendie Lubrizol : les gens du voyage toujours à la remorque – LE POULPE

Incendie Lubrizol : les gens du voyage toujours à la remorque

Près d’un an après la catastrophe survenue chez Lubrizol, la situation des gens du voyage, installés sur une aire d’accueil située à quelques centaines de mètres de l’usine, n’a pas évolué. Les familles vivent encore dans un environnement hostile tandis que les travaux promis n’ont toujours pas été lancés.

Par manuel sanson et coline poiret | 15 Sep 2020

5+
recommander

A droite, la poussière de gravats s’élève vers le ciel au gré du vent léger. A gauche, deux carcasses de voitures, brûlées et désossées, attendent de passer définitivement à trépas. L’entrée du camp des gens du voyage de Petit-Quevilly se dévoile en bordure de la voie maritime, au niveau d’un triste rond-point. Au fond, on distingue quelques personnes. Certaines sont assises autour d’une table protégée par un auvent. D’autres bricolent à côté d’un véhicule, un pneu à la main. Partout autour, l’industrie rouennaise. Et, à quelques encablures, la désormais célèbre usine Lubrizol.

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 3 €

5+