Dans son Havre de gauche, Edouard Philippe a un problème avec sa droite – LE POULPE

Dans son Havre de gauche, Edouard Philippe a un problème avec sa droite

La mobilisation sociale peut-elle se transformer en sanction politique ? Au Havre, où le premier ministre est candidat à sa réélection, la gauche veut remobiliser l’électorat qui avait déserté les urnes en 2014. Mais pour Édouard Philippe, le plus grand risque vient de sa base.

Par ellen salvi (mediapart) | 05 Mar 2020

2+
recommander

Un bruit sourd retentit au milieu du brouhaha. « Casse pas la vitre ! », crient plusieurs personnes à l’homme qui est en train de donner des coups de coude à la devanture déjà brisée de la permanence d’Édouard Philippe. « Casse pas la vitre ! Elle est taguée ! »

Sur le local de campagne du premier ministre, candidat à sa réélection à la mairie du Havre, le message des manifestants s’affiche en toutes lettres : « 49°3 Philippe prend la fièvre », « Mettons-le en quarantaine ! »

Samedi 29 février, en fin d’après-midi, à quelque 200 kilomètres de là, le chef du gouvernement vient d’annoncer devant l’Assemblée nationale sa décision de recourir au 49-3 pour adopter la réforme des retraites sans vote. La colère des opposants au projet de l’exécutif éclate dans les rues de la cité Océane. « Le 49-3, c’est un coup d’État. La vraie démocratie, elle est ici », scande la petite foule. Il y a là des militants de la CGT, des « gilets jaunes », des avocats, des représentants du Snesup-FSU, première organisation chez les enseignants-chercheurs, de simples citoyens… 

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 3 €

2+