simon hauville – LE POULPE

UberEats à Rouen : quand les livreurs dégustent

Lorsque les voitures de police débarquent pour contrôler les livreurs rassemblés à l’angle de la rue du Gros-Horloge et de la rue Jeanne-d’Arc à Rouen, c’est soudain l’exode : la dizaine de vélos et de scooters qui stationnent là s’égayent dans tous les sens. 

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €

La coupe rase de la filière bois normande

La simple évocation de son nom suffit à faire lever les yeux au ciel de l’ensemble de la profession. « Une erreur de casting », explique-t-on pudiquement pour résumer le passage éclair d’Anne Bablon à la tête de ProfessionsBois, renommée Fibois Normandie en décembre 2020, la structure associative censée fédérer autour d’elle l’ensemble de la filière bois et ses entreprises, du forestier jusqu’au charpentier ou au fabricant de jouets. Structure qui a finalement volé en éclat.

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €

Préfecture : la fabrique des sans-papiers

Voilà huit ans qu’il est arrivé en France et huit ans qu’il rase les murs, n’osant même pas sortir de son quartier, à Rouen. Les mains croisées, affichant l’humilité de ceux qui s’excusent presque d’être présents, Justin* ose à peine exposer sa douleur, raconter la boule qui ne quitte pas son ventre et sa vie de paria invisible.

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €

 

Incendie Lubrizol : pour les collectivités, attaquer ou s’arranger

Pour obtenir réparation de leur préjudice après l’incendie de Lubrizol, les collectivités locales avaient deux options : se lancer dans une bataille juridique ou convenir d’un processus d’indemnisation à l’amiable. Un an et demi après la catastrophe, elles se sont positionnées, mais peinent parfois à l’assumer. Le Poulpe fait le point.

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €

A Val-de-Reuil et au Havre, plus de 140 fouilles en prison jugées illégales

Nu, face au mur, les jambes légèrement écartées, relever un pied, puis l’autre ; voici le programme officiel de la fouille intégrale en prison. Cette pratique est censée être devenue exceptionnelle depuis 2009 et la loi pénitentiaire. Dans les faits pourtant, certains prisonniers semblent devoir s’y plier plus souvent qu’à leur tour. 

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €

« Mineurs non accompagnés » en prison, une vie à part

« Si tu n’as rien à échanger en prison, tu n’es rien. Les MNA sont sans famille, sans relations, sans argent. Ils ne cantinent pas, n’ont droit à rien. » Ce constat, sévère, est dressé par un éducateur de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) à Rouen qui souhaite rester anonyme. Si sa mission est d’assurer le suivi éducatif des mineurs détenus, il avoue son impuissance à répondre efficacement à la situation des mineurs non accompagnés (MNA) qui échouent en prison au gré de leur errance.

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €

Quais de Rouen : une transformation aussi bourgeoise que politique et médiatique

Tous les Rouennais en sont conscients : en l’espace de dix ans les quais de Rouen se sont métamorphosés. En 2010, les premiers hangars faisaient peau neuve, France Bleu, la brasserie Le Marégraphe ou la salle de concerts le 106 faisaient figure de précurseurs. Puis, peu à peu, la mue s’est poursuivie. Rive droite, les aménagements se sont prolongés jusqu’au pont Flaubert tandis que le nouveau quartier Luciline sortait de terre. Rive gauche, la création de la prairie Saint-Sever a été ponctuée par la construction du hangar 108, du 107 et bientôt du 105. 

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €