Au Havre, trop tard pour la décharge Dollemard – LE POULPE

Au Havre, trop tard pour la décharge Dollemard

Le Havre bientôt libéré de la plus grande décharge littorale de France ? Après des années de négligence et des dizaines d’études et de diagnostics, les pelleteuses ont enfin foulé la grève où pèsent des centaines de tonnes de déchets, pour un chantier test d’envergure. Le cynique pourrait y voir du greenwashing, mais on peut aussi se laisser porter par l’optimisme.

Par ANNE-LAURE PINEAU | 19 Nov 2021

Septembre 2021. La marée descend sous le ciel pesant d’un après-midi ensoleillé. C’est sur le parking d’Aquacaux, à Octeville-sur-Mer, que le service de presse de la mairie du Havre a donné rendez-vous à la presse locale. Paris-Normandie, 76actu, France Bleu ou France 3 ont été conviés pour visiter le chantier test de renaturation de la décharge de Dollemard.

Un événement nécessitant chaussures de randonnée et gourdes d’eau : il s’agit de la plus grosse décharge littorale de France, qui se situe à équidistance de l’ancienne base de l’ONU et de la plage du «bout du monde » à Sainte-Adresse. Son accès est compliqué et c’est d’ailleurs pour cette raison qu’on y jeta pendant trop longtemps des tonnes de déchets (1 à 3 millions de m3). Loin des yeux, loin du cœur comme on dit.

Et pourtant, du coeur il en faut à la troupe de scribouillards pour gravir les 500 marches et franchir les deux kilomètres à pied. Bientôt ils arrivent au pied des anciens quais de déchargement, là où à une époque bien révolue les camions vidaient leurs ordures du haut de la falaise. Au pied du mur de craie gît désormais une motte hirsute peuplée de plantes invasives qui s’allonge jusqu’à la mer. 

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €