Après l’attaque de Condé-sur-Sarthe, dans l’Orne, la punition collective des détenus – LE POULPE

Après l’attaque de Condé-sur-Sarthe, dans l’Orne, la punition collective des détenus

Affamés, brutalisés, fouillés à nu devant leurs codétenus, mis en joue avec des armes à feu, gazés dans leurs cellules. Des détenus de la prison de Condé-sur-Sarthe ont saisi la Cour européenne des droits de l’Homme pour les traitements subis de la part des unités d’intervention du ministère de la Justice en mars 2019. Le Poulpe a eu accès à leurs témoignages.

Par theo englebert | 20 Déc 2019

1+

Au bord de la route départementale 112 qui file en direction d’Alençon, dans l’Orne, une haute enceinte de béton carrée se dresse au milieu des champs de maïs et obstrue l’horizon. C’est le Centre Pénitentiaire (CP) d’Alençon-Condé-sur-Sarthe. « Une de ces prisons neuves aux couleurs acidulées fabriquées par Bouygues, des établissements aseptisés, mais très angoissants », décrit ironiquement Me Benoit David qui visite régulièrement plusieurs de ses clients à Condé-sur-Sarthe.

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte
  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance
Abonnez-vous à partir de 3 €

1+