octobre 2021 – LE POULPE

Au Havre, des étudiants sans logement depuis deux mois : « Ça devient critique »

Depuis qu’elle est arrivée d’Afrique de l’Est, il y a deux semaines, Mirindra*, 18 ans, se réveille à 5 heures du matin. Elle se prépare, prend deux bus pour arriver à la gare de Rouen, d’où elle se rend au Havre, où elle étudie. 91 kilomètres, une heure de train et 69 euros par mois, le prix de l’abonnement SNCF. 

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €

Appel : Ouvrez les fenêtres, lisez la presse indépendante

Nous sommes des médias indépendants, lus, écoutés, regardés chaque jour par des millions de citoyennes et citoyens. Au-delà de nos différences éditoriales, nous nous retrouvons sur l’essentiel : la passion d’un journalisme libre, honnête, au service de nos publics et à l’écoute de la société.

Une information libre et pluraliste est la condition de la démocratie. Elle est aujourd’hui menacée par un système médiatique dominant qui vient de nous infliger deux mois de « zemmourisation » du débat public et un agenda informatif médiocre, pour ne pas dire plus.

Elle est menacée avec la mise à genoux du journalisme par Vincent Bolloré. L’homme d’affaires a décidé de mettre son immense groupe de presse au service d’un polémiste xénophobe et misogyne, condamné à deux reprises pour provocation à la haine raciale.

Le château de cartes par Caroline Varon

 

Elle est menacée par une concentration sans précédent des grands médias aux mains d’une petite dizaine de grandes fortunes qui recherchent ainsi protection et influence et, trop souvent, imposent leur agenda idéologique.

Cette information libre et pluraliste est aussi mise en danger par un système d’aides publiques aux médias dénoncé depuis des années comme inefficace et inégalitaire. Pourquoi ? Parce que dix grands groupes en sont les principaux bénéficiaires et cette distorsion de concurrence menace directement le pluralisme.

A la Libération, Hubert-Beuve Méry, fondateur du journal Le Monde, dénonçait la « presse d’industrie », cette presse de l’entre-deux-guerres tenue par des industriels et qui allait sombrer dans la collaboration. « Il y a une chance d’éviter pour l’avenir les pourritures que j’ai vues dans le passé », disait-il alors. « Une société qui supporte d’être distraite par une presse déshonorée court à l’esclavage », écrivait Albert Camus.

Il y a une chance d’éviter l’actuel affaissement du débat public. D’éviter l’engloutissement du journalisme sous les polémiques nauséabondes, les post-vérités, les intérêts politiciens et/ou mercantiles. 

Cette chance est la presse indépendante. 

Dans leur diversité, ces médias indépendants vous proposent ce que le rouleau compresseur des médias dominants écrase ou minore, ignore ou discrédite. Les questions sociales, de l’égalité femmes-hommes, des mobilisations antiracistes, du travail, les nouvelles luttes et dynamiques qui traversent la société, les enjeux environnementaux, l’urgence climatique, les nouveaux modes de vie. 

Dans les régions, ce sont des titres indépendants qui viennent bousculer par leurs enquêtes une presse régionale souvent en situation de monopole et dépendante des pouvoirs locaux. A l’échelle internationale, ils décryptent l’actualité de l’Europe, enquêtent sur ses institutions, éclairent les nouveaux enjeux du monde

Avec de faibles moyens financiers, cette presse indépendante enquête, raconte, innove, débat. Il est urgent de la soutenir face aux offensives des puissances d’argent. Il faut la soutenir face à l’inaction et au silence inquiétants des pouvoirs publics en réaffirmant que l’information n’est pas une marchandise comme les autres. 

Il est urgent, à travers elle, de défendre les droits moraux des journalistes, leurs conditions de travail. Il est urgent de construire un environnement économique propice à ces éditeurs indépendants et à la production d’une information de qualité.

Nos titres vivent aujourd’hui pour l’essentiel, et parfois exclusivement, des contributions, dons ou abonnements de nos lectrices et lecteurs. Ils garantissent notre indépendance. 

Mais c’est à la société tout entière que nous adressons cet appel en forme d’alerte. Il y a une alternative à la « mal info » et à certains médias de masse qui propagent les peurs, les haines et fracturent la société. 

Soutenez la presse indépendante. Regardez-la, écoutez-la, lisez-la.

Signataires :

6 mois

Alternatives économiques

AlterPresse68

Basta

BondyBlog

Disclose

Factuel.Info

Guiti News

Guyaweb

Headline

L’Âge de Faire 

L’Averty

La Déferlante

La Revue Dessinée

Le Courrier des Balkans

Le Drenche

Le Fonds pour une Presse Libre

Le Mouais 

La Mule du Pape

Le Petit ZPL

Le Poing

Le Poulpe

Le Ravi

Les Autres Possibles

Les Jours

Les Surligneurs

MarsActu

Mediacités

Mediapart

Natura Sciences

Novastan

Orient XXI

Pays Revue

Politis

Radio Parleur

Reflets Info

Regards

Revue 90°

Revue XXI

Rue89Strasbourg

Rue89Bordeaux

Splann !

StreetPress

Topo

Vert

Voxeurop

Mise à jour : D’autres médias ont par la suite signé cet appel, portant le nombre à 78 signataires : Altermidi, Bien Urbains, Blast, Boukan, Citizen Jazz, Court Circuit, CQFD, Dièses, Femmes ici et ailleurs, France Maghreb 2, Frustration magazine, Grand Format, JonctionsPress, L’Arrière-Cour, La Clé des Ondes, La Disparition, La Lettre de l’audiovisuel, La Topette, Le Courrier d’Europe centrale, Le Media TV, Le Peuple breton, Le Zéphyr, Lokko, Mr Mondialisation, Paris Lights Up, Podcastine.fr, Rapports de Force, Revue Far Ouest, Rue 89Lyon, Sept.info, Sun, Trémolo Magazine, unmondemeilleur.info

Pour expulser un migrant, la préfecture de la Manche prend attache avec le régime taliban

En novembre 2019, le Poulpe avait révélé l’incroyable acharnement du préfet du Calvados à expulser une demandeuse d’asile vers la Somalie. Son homologue de la Manche, Gérard Gavory, tenterait aujourd’hui, selon les affirmations de ses services auprès de la Justice, de livrer un réfugié au régime des talibans qui contrôlent désormais l’Afghanistan. 

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €

Le bailleur social Rouen Habitat dans le viseur de l’inspection générale des finances

Un contrôle approfondi et inopiné. C’est ainsi que plusieurs sources interrogées par Le Poulpe décrivent ce qu’il s’est passé au siège du bailleur social Rouen Habitat à la fin du mois de septembre. 

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €

La chambre régionale des comptes pointe un risque de « conflit d’intérêts » au MIN de Rouen

Le marché d’intérêt national (MIN) de Rouen se retrouve dans le viseur des magistrats de la chambre régionale des comptes de Normandie. Ces derniers se sont plongés dans les coulisses de l’établissement dédié au commerce de gros alimentaire, situé au pied de la côte de Canteleu, à l’ouest de Rouen. 

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €

Dreal Normandie : entre «diminution des effectifs» et «perte de sens»

Alors que le débat fait rage entre syndicats de la direction régionale de l’environnement, de l’aménagement et du logement (Dreal) et la préfecture sur les moyens humains affectés au contrôle des sites industriels dangereux en Normandie, Le Poulpe a remonté des profondeurs une note interne de la Dreal Normandie, datée du 19 mai dernier. 

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €

« De toute façon, ils s’en battent les couilles que l’on mange ou pas »

Le 8 mai 2020 à la gare de Lille, la Police aux frontières (PAF) arrête Méviane, une ressortissante gabonaise qui se rend chez elle à Strasbourg. Direction le poste de police pour une audition au terme de laquelle les choses se précipitent. « J’ai dit que je ne pouvais pas signer les papiers sans les avoir lus et les policiers se sont mis en colère », explique-t-elle.

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €