janvier 2020 – LE POULPE

Lubrizol : après le redémarrage partiel, un nouvel incident d’exploitation sur le site

Les emmerdes, ça vole toujours en escadrille, aurait dit un jour feu le président Chirac. Lubrizol doit, sans aucun doute, faire sienne cette maxime à l’heure d’écrire ces lignes. 

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €

Lubrizol: depuis 2008, son assureur signalait des défaillances incendie

Quatre mois après l’incendie catastrophique qui a ravagé l’usine Lubrizol à Rouen le 26 septembre 2019, l’origine du sinistre n’est toujours pas connue. Une information judiciaire est en cours, une enquête et une mission parlementaire terminent leurs travaux, une mission administrative poursuit les siens. 

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €

Double meurtre de la place de la Pucelle à Rouen, les familles des victimes demandent des comptes à l’Etat

C’est la seconde manche judiciaire. Cette fois, plus incertaine. Après avoir obtenu, sans grand suspense, la condamnation à perpétuité de Jean-Claude Nsengumukiza par la cour d’assises de Seine-Maritime au printemps dernier, les familles d’Elise et Julien, deux jeunes violentés –  la jeune femme également violée – puis assassinés le 20 décembre 2015 place de la Pucelle à Rouen, veulent aujourd’hui obtenir réparation auprès de l’Etat. 

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €

Après l’accident chez Lubrizol, malgré le discours des autorités, les finances publiques mises à contribution

Commission du développement durable de l’assemblée nationale, le 2 octobre dernier. Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, répond aux questions des députés après la catastrophe industrielle survenue sur le site de l’usine Lubrizol à Rouen.

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €

Un préavis de grève déposé à la maternité du Belvédère sur fond de « dégradation des conditions de travail »

Le climat social est « en voie d’apaisement » à la maternité du Belvédère. Ainsi s’exprimait Catherine Flavigny, maire LR de Mont-Saint-Aignan et présidente du conseil de surveillance de l’établissement, à la fin du mois de novembre 2019.  Il semble que l’édile se soit quelque peu avancé. Par un courrier daté de mardi, la CFDT, syndicat majoritaire au sein de la maternité, informe Yves Bloch, directeur par intérim du Belvédère, du dépôt d’un préavis de grève annonçant un débrayage du personnel de 24 h, entre lundi et mardi de la semaine prochaine.

Dans ce document, que Le Poulpe a pu consulter, le syndicat dénonce la réduction prévue de la masse salariale, d’ici 2026, avec près de deux millions d’euros d’économies prévus sur le personnel non médical. Le courrier pointe encore « la dégradation des conditions de travail engendrant une charge mentale et physique insoutenable » ou encore « une insécurité totale pour les agents ». La CFDT revendique qu’il n’y ait aucune économie sur le personnel non-médical. L’organisation demande également « des effectifs soignants à la hauteur des besoins et de la charge réelle du travail » mais aussi « une analyse des risques tant pour le personnel que la prise en charge des patients ».

Ce mouvement de grogne sociale s’inscrit dans un contexte de lourde crise financière et managériale, comme l’a documenté Le Poulpe dans une récente enquête.

En marge du fiasco Remade, une enquête préliminaire ouverte pour détournement de fonds publics

Nouvel épisode judiciaire dans l’affaire Remade. Selon des informations obtenues par Le Poulpe, une seconde enquête préliminaire a été ouverte en marge de la liquidation de l’entreprise spécialisée dans le reconditionnement de smartphones. 

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €

Gilles Sergent, l’ex-président du Medef et du Stade Malherbe revient aux affaires

Sur le cube, la moitié d’un arc de cercle. « Le Cube », c’est le nom du siège social de Récréa, inauguré en grande pompe en octobre 2018. Ce joli bébé architectural hyper-moderne de 1 300 m2 s’est posé en périphérie de Caen, à Saint-Contest. Le demi-cercle métallique, qui décore l’une de ses façades, représente un sourire. Le symbole du groupe. « Smiling people » (« les gens souriants ») est la devise locale. 

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €