septembre 2019 – LE POULPE

Catastrophe chez Lubrizol : deux détenus saisissent la justice pour demander des analyses de toxicité à l’intérieur de la prison de Rouen

Après les suies, les actions en justice pleuvent. Cette fois, c’est la santé des détenus de la maison d’arrêt de Rouen dont il est question. Julia Massardier, avocate rouennaise, a déposé « ce matin » une requête en référé auprès du tribunal administratif de Rouen. La vieille et vétuste prison Bonne Nouvelle se trouve à environ 2,5 km de l’usine Lubrizol où s’est déclaré un violent incendie jeudi.

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €

Catastrophe chez Lubrizol : deux avocats rouennais portent plainte contre X

Après la catastrophe, la riposte juridique. Deux avocats rouennais, Karim Berbra et Nicolas Capron, spécialisés en droit du travail, viennent de saisir le procureur de la République 

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €

Explosion et incendies chez Lubrizol à Rouen : qu’en est-il du risque toxique ?

« Pas de toxicité aiguë des fumées. » Voici les propos tenus par Christophe Castaner, ministre de l’intérieur, ce matin à la radio, à propos de l’incendie majeur survenu cette nuit chez Lubrizol à Rouen et l’immense et épaisse fumée noire qui s’en dégage. Malgré cette communication officielle rassurante, la situation semble plus complexe. A la mi-journée, le ministre a précisé son discours, déclarant que le panache de fumée, « porte en soi un certain nombre de produits qui peuvent être dangereux pour la santé ».

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €

Grâce à un camion spécialisé de la direction générale de la sécurité civile appelé en renfort, une analyse plus fine des substances contenues dans le nuage de pollution a été réalisée au fil de la journée. « Elle confirme les premières analyses », a expliqué le préfet en début de soirée, notant « une absence d’hydrogène sulfuré, une seule valeur d’oxyde de souffre mesurée et des valeurs basses d’oxyde d’azote ». « Ce sont des substances carbonées classiques que l’on trouve toujours dans les fumées d’incendie », a-t-il poursuivi. L’analyse des retombées de suie, elle, prendra plus de temps.
Elle devait intervenir vendredi 27 septembre. Plusieurs traces de pollution de la Seine sont déjà avérées, malgré la pose de barrières flottantes. [/ihc-hide-content]

Centre hospitalier du Rouvray : la triste routine des violences sexuelles sur mineurs

15 juin 2019, au Centre hospitalier psychiatrique du Rouvray. Un agent de l’hôpital enclenche une procédure dite de fiche d’évènement indésirable, FEI dans le jargon hospitalier. Mention « Tentative d’agression sexuelle-agression sexuelle ». Après avoir entendu une adolescente, le soignant note ce qui suit : 

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €

Grève à l’hôpital psychiatrique du Rouvray : « On se fout de nous », s’insurgent les syndicats

Le bras de fer continue entre syndicats et direction du Centre hospitalier du Rouvray, à Sotteville-lès-Rouen. La pression ne retombe pas depuis l’appel à la grève lancé jeudi 19 septembre par l’intersyndicale CGT, CFDT et SUD du principal hôpital psychiatrique de Seine-Maritime. Dernier épisode en date : l’envahissement symbolique, ce mardi matin, des locaux administratifs par plusieurs dizaines de salariés grévistes. Un peu plus tôt dans la matinée, une nouvelle réunion entre les représentants syndicaux et le directeur, Lucien Vicenzutti, s’est soldée par un échec. Les syndicats l’ont écourtée. « On se fout de nous », lâchent-ils au sortir de l’entrevue, « fâchés » au point de demander la démission du directeur, vu comme « nuisible pour l’établissement ». Ils annoncent de nouvelles actions « radicales », « hors de l’hôpital », très prochainement.

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €

Municipales 2020 : A Rouen, confusion maximale à l’approche de la désignation du candidat En Marche

Le suspense bat son plein : on ne sait toujours pas qui, de Jean-Louis Louvel, Marine Caron et Robert Picard, obtiendra le soutien du mouvement macroniste pour les prochaines élections municipales rouennaises. Quand de nombreuses villes sont déjà fixées sur la stratégie du mouvement présidentiel, ce n’est pas le cas à Rouen. Manifestement, les membres de la commission nationale d’investiture ont la main qui tremble au moment de trancher entre l’entrepreneur à succès et les deux jeunes pousses centristes.

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €

Rentrée (très) morose pour l’école des Roches, la fabrique à élite installée dans le sud de l’Eure

Les années se suivent et se ressemblent : l’école des Roches, rachetée par un groupe dubaïote Gems Education en 2013, s’enfonce dans la crise. L’établissement, qui a formé les rejetons de célèbres familles françaises et internationales (Peugeot, Michelin, Bongo…), n’attire plus comme avant. 

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €