juin 2019 – LE POULPE

Municipales dans l’Eure : Claire O’Petit critique la méthode Lecornu

« Nous allons parler des municipales car j’entends que chacun des conseillers départementaux de mon groupe joue un rôle dans cette bataille qui est importante, tant dans les grandes villes que dans les villages ruraux. » Celui qui parle, c’est Sébastien Lecornu, lundi dernier lors d’une visite à Saint-Sulpice-de-Grimbouville, près de Pont-Audemer (Eure), où l’ambitieux ministre des Collectivités territoriales, passé des Républicains à la République en marche en 2017, venait préparer le terrain des municipales, enjeu majeur pour les macronistes, aux manettes à Paris mais pas dans les fameux territoires.

Ces propos, rapportés par la presse locale, n’ont pas emballé la députée euroise Claire O’Petit, pourtant LREM elle aussi. Outre un échange récent par SMS entre les deux élus, l’ex-animatrice radio a dégainé un communiqué de presse pour s’étonner, en substance, que Sébastien Lecornu, ex-président du Département de l’Eure et véritable patron politique du territoire, évoque un nécessaire engagement de l’ensemble des conseillers départementaux de la majorité née en 2015. « Pour un grand nombre d’entre eux, écrit la députée, ces conseillers sont des élus LR ou Sens Commun (mouvement politique né à la suite de la manif pour tous) ayant soutenu la liste Bellamy aux Européennes de mai dernier et donc incompatibles avec LaREM. »

Au niveau politique, l’élection d’Emmanuel Macron à la présidence de la République, a crée une situation particulièrement cocasse dans l’Eure. Sébastien Lecornu a, très tôt, rallié LREM tandis que ses affidés locaux sont, pour la plupart, restés fidèles aux Républicains tout en s’abstenant de critiquer trop vertement le pouvoir macronien. Sur le terrain, les élus de la droite républicaine se doivent de ménager la chèvre et le choux. Et c’est bien cette ambiguïté qui, semble-t-il, irrite Claire O’Petit.

La parlementaire se dit « surprise que l’on inverse ainsi la logique du renouveau. En effet, les prochaines municipales peuvent tout changer au niveau départemental » : « Je me battrai pour que le mouvement présidentiel investisse le maximum d’adhérents LaREM aux départementales dans l’Eure. »

Contrairement « à une certaine vision de la politique », la députée estime « qu’il n’est pas nécessaire d’être élu au préalable pour être candidat » et ajoute « qu’elle soutiendra au maximum celles et ceux qui se battent depuis deux ans pour faire vivre le projet présidentiel de façon à faire élire comme président du Département Sébastien Lecornu s’il décidait de l’être à nouveau ». De l’art de mettre un petit taquet au ministre et, en même temps, de s’incliner devant lui.

Soupçons de détournement de dons à l’Armée du Salut du Havre : la directrice est suspendue

L’Armée du Salut havraise en pleine tempête. Dans la cité océane, la fondation à vocation humanitaire et sociale traverse une profonde crise. Dans l’oeil du cyclone, la gestion de Sylvie Laroche, directrice de la structure en poste depuis 2014.

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €

A Évreux, l’hôpital psychiatrique paye dans la violence le prix de son sous-financement

Si l’on balaye les lieux du regard, tout est calme. Le Nouvel hôpital de Navarre, établissement psychiatrique d’Évreux, dans l’Eure, a été rebâti à neuf il y a six ans. Les unités d’admission et d’hospitalisation de long cours s’enroulent, pimpantes, dans un parc au cordeau, cachées par des bâtiments de brique rouge datant de l’époque asilaire. Seul symptôme d’un trouble, deux banderoles accrochées aux grilles de l’entrée. Mais dans un pays agité depuis des semaines par une grève massive des urgences, le signal est faible.

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €

Renault à Grand-Couronne : bientôt la fin d’une histoire

Une page va bientôt se tourner à Renault Grand-Couronne, sur le boulevard maritime du port de Rouen. Implantée en bord de Seine depuis 1975, à la limite de Moulineaux, la plateforme logistique (deux hangars) du constructeur automobile français va quitter, d’ici novembre, la cité communiste de la rive gauche.

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €

Cité administrative de Rouen : de nouvelles traces d’amiante détectées, inquiétudes autour de la réhabilitation

Et l’on reparle de l’amiante à la cité administrative de Rouen… « Un roman dans lequel on pourrait se perdre », présente Magali Marion, représentante Sud au CHSCT de la direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation du travail et de l’emploi (Direccte), tellement ce dossier est tentaculaire. Il y a quelques semaines, de nouvelles traces de la fibre tueuse ont été détectées au niveau du bâtiment, construit dans les années 60 et installé sur la rive-gauche de la Seine à Rouen…

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €

A Mayotte, l’Etat prêt à dépenser sans compter pour expulser des Sri-Lankais

Quand l’Etat français veut quelque chose, il ne lésine en rien sur les moyens financiers. C’est particulièrement vrai à Mayotte, département et région d’outre-mer français.

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €

Romain Bail, l’incorrigible élu calvadosien

Le 11 juin 2019, Romain Bail, maire LR de Ouistreham, comparaissait devant le tribunal correctionnel de Caen pour avoir verbalisé, de manière abusive, les véhicules de personnes venues aider des migrants sur le territoire de sa commune. L’affaire a été jugée et ce mardi 2 juillet 2019, le tribunal a condamné Romain Bail à six mois de prison avec sursis et à payer 1 821 euros à neuf parties civiles. Le maire se réserve le droit de faire appel.

Quelques jours plus tôt, en conseil municipal du 24 juin, il faisait voter une délibération pour couvrir les frais de procédure (honoraire d’avocat, frais de consignation, d’expertise) ainsi que les dommages-intérêts civils et frais irrépétibles de son procès. L’opposition a saisi le préfet sur la légalité de cette procédure.

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €