mai 2019 – LE POULPE

Fiasco des fonds européens : la Région souffle (discrètement) ses éléments de langage

C’est un courriel particulièrement intéressant que Le Poulpe a remonté dans ses tentacules. Envoyé à une grosse cinquantaine de personnes depuis le service pilotage des fonds européens, lui même rattaché à la direction Europe et International de la Région Normandie, ce message entend fournir des éléments de langage pour répondre « à la campagne de dénigrement de la gestion, par les Régions, du programme LEADER ». 

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €

A Villers-Ecalles, près de Rouen, les « Nutella » sont en grève

« Les camions ne peuvent plus entrer dans l’usine Ferrero de Villers-Ecalles », à une vingtaine de kilomètres à l’ouest de Rouen, annonce le délégué syndical Force ouvrière Fabien Lacabanne. Le plus gros site mondial de production de Nutella du groupe (600 000 pots par jour), où sont également fabriquées les barres de Kinder Bueno, est concerné par un mouvement de grève initié par FO. 

« Depuis mardi dès 3 heures du matin, on compte 150 grévistes sur les trois équipes », avance le syndicaliste, depuis le piquet de grève installé « devant les grilles de l’usine » qui emploie entre 400 et 450 salariés. Et de poursuivre : « Les entrées et sorties sont bloquées et il n’y a plus de production pour l’instant ». Contactée via le service presse de Ferrero France, la direction de l’usine normande nous indique par courriel « avoir constaté hier matin un débrayage de la part de certains collaborateurs du site ». « Pour autant, assure-t-elle, l’usine continue de fonctionner ». Interrogée sur le fait de savoir si le site était bel et bien totalement bloqué aux camions, la direction ne fait pas davantage de commentaires.

Une hausse de « 30 euros par mois » jugée insuffisante 

Entamées il y a plusieurs semaines, les discussions autour de la négociation annuelle obligatoire achoppent, d’après FO, sur le montant de la revalorisation des salaires. « La direction propose 30 euros par mois pour les quelque 380 salariés du premier et deuxième collège, à savoir les ouvriers, employés, techniciens et agents de maîtrise. C’est largement insuffisant », estime Fabien Lacabanne. Les grévistes, eux, réclament non pas une hausse fixe pour tous mais une augmentation « de 4,5 % », ainsi qu’une « prime de pouvoir d’achat de 900 euros ». « Car la direction n’a pas voulu, en fin d’année dernière, nous accorder la prime exceptionnelle dite Macron (mise en place suite au mouvement des Gilets jaunes, NDLR) », rapporte Fabien Lacabanne.

La direction de Ferrero, de son côté, nous dit « regretter que cette action de mobilisation soit intervenue sans préavis, alors même que les Négociations Annuelles Obligatoires (NAO) sont en cours et que les premières réunions de travail avec les partenaires sociaux représentatifs des collaborateurs se sont déroulées jusqu’à présent de façon constructive ».

Et maintenant ? « La direction se dit prête à discuter à condition que l’on débloque les entrées et sorties, indique le syndicaliste. Les salariés le refusent. On ne bouge pas, on se met autour de la table et si on est satisfait, on débloque. » Souhaitant « un retour à la normale le plus rapidement possible afin de pouvoir poursuivre sereinement les discussions », la direction de Ferrero assure, pour sa part, continuer à servir ses clients « sans perturbation ».

En Normandie, le juteux business de la première année de médecine

« Je vends mes cours Paces Rouen 2017-2018 après avoir réussi le concours en primant (classé 11e). Je fournis les polycopiés, la version PDF de l’atlas d’anatomie, les annales Paces et celles du tutorat […] Le tout pour 70 € (prévoir PC). » Ce genre d’annonce en Paces, première année commune des études de santé, qui disparaitra en 2020, est fréquente sur le Bon coin et les forums étudiants. Numerus-clausus.fr, le site « d’annonces gratuites entre étudiants » invite les candidats reçus au concours à « gagner de l’argent en revendant cours et livres ». 

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €

Succession de Pascal Martin au Département de Seine-Maritime : la route se dégage

A 59 ans, Pascal Martin va céder la présidence du conseil départemental de Seine-Maritime. D’ici l’automne, le centriste rejoindra le Sénat en lieu et place de l’actuel sénateur de Seine-Maritime Charles Revet (LR) qui, à 81 ans, se prépare à quitter ses fonctions. 

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €

Sur le départ, Patrick Herr, chef d’orchestre de l’Armada de Rouen, a choisi son successeur

« Je vais laisser la barre, mais sans larguer les amarres. Je donnerai encore des coups de main… » Du Patrick Herr, président fondateur de l’association Armada, dans le texte. Tandis qu’il procède aux derniers réglages de la grande fête nautique du mois de juin se pose déjà la question de l’identité de son successeur à la tête de l’association.

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €

L’agriculture normande à la sauce Morin

La région Normandie laboure désormais le terrain du productivisme agricole. Au moment où son homologue bretonne dit vouloir tourner le dos à l’agriculture intensive pour en finir avec les dégâts sur les écosystèmes et les paysages, l’exécutif normand parle compétitivité et performance.

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €

Le pétrolier Total autorisé à polluer plus que la norme autorisée pour raison financière

La décision préfectorale est passée sous les radars. Elle ne manque pourtant pas de sel. Dans un arrêté pris le 18 octobre 2018, la représentation de l’Etat en Seine-Maritime a autorisé l’entreprise Total – 13,6 milliards d’euros de bénéfice en 2018 – à polluer plus que de raison avec sa raffinerie de Gonfreville-l’Orcher, installée à quelques encablures du Havre. 

Prolongez votre lecture !

Je me connecte à mon compte

  • Accédez à tous les contenus du Poulpe en
    illimité
  • Soutenez le média normand d’investigation. Soutenez l’indépendance

Abonnez-vous à partir de 4 €